4 petits exercices au saut du lit pour une journée réussie !

6
578
Vues

Le réveil est un moment crucial. Parce qu’il peut changer positivement la journée entière et au-delà. L’Ayurvéda le considère comme une renaissance. Voici quelques gestes à adopter pour ritualiser le saut du lit.

Réveil ayurvédique : les bonnes habitudes

Le réveil ayurvédique : une bonne habitude à prendre !

Et hop, le réveil sonne, nous agresse et une nouvelle journée commence : on avale un truc vite fait, on se douche, on s’habille et on est parti là où le devoir nous appelle. Stop ! On a tout faux. Pour que notre corps et notre esprit soient vraiment réveillés et nous permettent de vivre pleinement notre journée, Sevellia.com vous propose de vous inspirer du rituel de réveil ayurvédique

1 – Friction des mains, du bas du dos et des plantes de pied

Au réveil, spontanément, on frotte ses yeux, la nuque ou les bras… C’est une stimulation douce qui vaut la peine d’être systématisée pour « préchauffer » notre organisme.

Frotter les deux mains pour qu’elles se réchauffent et masser le haut des fesses et la cambrure du bas du dos. Puis, en maintenant d’une main le dessus du pied, frictionner vigoureusement le talon, la plante du pied et le dessous de nos orteils avec l’autre main. On va sentir une chaleur décontractante se diffuser dans les zones stimulées.

Les mains et pieds sont truffés de terminaisons nerveuses qui vont se réveiller par ces massages vigoureux. La stimulation de la plante des pieds et du bas du dos prépare à la position debout.

2 – Le geste de Brahma

Brahma est un dieu Indien à quatre têtes. Le geste consiste à placer sa tête successivement dans quatre directions différentes et à faire activement travailler les yeux en gardant les paupières fermées.
Assise, le bas du dos calé à l’aide d’un coussin, on place ses mains sur ses jambes et on ferme les yeux. On tourne très lentement la tête au maximum vers la gauche et les yeux tournent vers la gauche, puis on replace la tête au centre, avant de tourner la tête lentement vers la droite au maximum, les yeux tournent à droite puis on replace lentement la tête au centre. On monte doucement la tête vers le plafond, sans compresser la nuque, toujours les yeux fermés, et les yeux vont se diriger vers le bas, puis on revient la tête au centre. Enfin, on descend le menton vers la poitrine et on oriente le regard vers le haut, puis on revient au centre. On répète le geste dans les quatre directions trois à cinq fois lentement en gardant les épaules détendues.

Après l’inertie de la nuit, ce geste va refaire circuler le sang dans la gorge et dans la tête, mais aussi stimuler les terminaisons cérébrales des nerfs sensoriels. Réveil des sens assuré sans la brutalité de stimuli lumineux ou sonores.

3 – Nettoyer sa langue

Tous les matins, il y a sur la langue un dépôt blanchâtre, plus ou moins important.

Avant de boire ou de manger quoi que ce soit, on racle une dizaine de fois délicatement toute la surface de la langue avec une cuillère ou un râpe langue que vous trouverez sur le site Sevellia.com.

Ce dépôt résulte du processus digestif et on a intérêt à le retirer dès le matin pour éviter de l’avaler. Il s’agit d’un mélange de bactéries, toxines et cellules mortes, en d’autres termes de déchets qui n’ont pas leur place dans notre organisme. Ce rituel de nettoyage quotidien rafraîchit à coup sûr l’haleine et rend la digestion plus facile dans la journée.

4 – Respirer à pleins poumons

Respirer à fond va augmenter l’afflux d’oxygène dans le sang. C’est la version yoguique du café-cigarette. Mais plutôt que de la caféine ou de la nicotine, c’est de l’oxygène et du prana qu’on fournit au cerveau. Les méninges vont se mettre en branle et il en résultera une plus grande clarté d’esprit et une meilleure disponibilité mentale. La prise de conscience des mouvements de la respiration dans la poitrine va connecter physiquement avec le souffle et il n’est pas impossible que, dans la journée, on se surprenne à ressentir le besoin de refaire ces gestes. Si tel est le cas, faites-le ! Au contraire des excitants, la respiration profonde rend alerte mais calme aussi.

En position assise, redresser son dos et placer ses deux bras devant soi, comme si on tenait à bout de bras un petit plateau de la même largeur que nos épaules. On plie les coudes, les coudes restent à hauteur d’épaules, nos avant-bras sont à la verticale et nos doigts pointent vers le ciel.

On maintient le haut des bras et les avant-bras à l’équerre et en inspirant profondément ; on ouvre les bras le plus loin possible en arrière. On va sentir les omoplates glisser contre la cage thoracique. La poitrine va agréablement s’élargir. On veille à ne pas cambrer le milieu du dos. On se concentre sur la sensation d’expansion à l’avant du thorax et la sensation de se gorger de l’air qu’on inspire.

Les bras sont maintenus dans leur position en angle droit, coudes à hauteur des épaules et en expirant progressivement, on ramène ses bras devant soi en les rapprochant le plus possible, sans contraindre ni les clavicules, ni les épaules. On va sentir les omoplates se décoller de la cage thoracique et on va pouvoir apprécier un petit étirement de la peau dans le dos. On se concentre sur les sensations dans notre dos et la sensation de contraction du thorax. L’expiration et le geste des bras se font doucement. Quand on sent les poumons vides, on reprend une inspiration en ouvrant les bras à nouveau. On recommence 5 à 10 respirations lentes en tout. On garde le buste redressé pendant l’exercice, on peut caler le bas de son dos avec un oreiller si besoin.

Retrouvez tous les produits ayurvédiques de Sevellia.com

 

Pour aller plus loin :

6 COMMENTAIRES

COMMENTER L'ARTICLE

Merci de saisir votre commentaire!
Merci de saisir votre nom