Mieux connaître les labels alimentaires

L’alimentation est un pilier de nos vies, et l’on sait désormais quel impact il a sur l’environnement ainsi que sur notre santé.

Les labels alimentaires donnent des indications mais il n’est pas toujours évident de s’y retrouver.

Voici quelques explications sur les labels les plus courants.

Le label AB

Un produit est considéré comme bio uniquement s’il est un produit agricoleou une denrée alimentaire issue de l’agriculture biologique et que de fait, il répond aux exigences de la législation européenne. Il n’y a pas d’utilisation de produits chimiques de synthèse ni d’OGM, et le bien-être animal est respecté.

Tous les acteurs de la filière, des producteurs aux détaillants, doivent notifier leur activité auprès de l’Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique (Agence BIO). Ils sont contrôlés par des organismes tiers agréés, comme Ecocert, Certipaq ou Qualité-France.

Le logo AB correspond au label français créé par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Il atteste qu’un produit contient au moins 95 % d’ingrédients agricoles certifiés bio. 

Nature et Progrès

Jusqu’à la fin des années 80, Nature et Progrès était la seule référence d’agriculture biologique reconnue par l’État. L’association a pris son indépendance en 1994 vis-à-vis de la législation européenne qui imposa alors le recours à des organismes certificateurs tiers. En dépit de la non-reconnaissance officielle de son label, Nature et Progrès va bien plus loin que la bio traditionnelle : respect du sol et du vivant, préservation de la santé humaine, recours à une agriculture paysanne, recours aux circuits courts, maîtrise des déchets…

Demeter

Demeter est le label de la biodynamie dans le monde. Le cahier des charges couvre tous les aspects de la production, du champ à l’assiette. Les exigences vont au-delà de la certification bio, en mettant l’accent sur la régénération du sol selon les principes de Rudolf Steiner.

Le Label Rouge

Censé générer de produits de qualité supérieure, le label Rouge porte surtout sur le bien-être animal. Il est reconnu plus fiable pour les volailles que pour les porcs. Il n’apporte pas de garantie en matière sociale et environnementale.

Zéro résidu de pesticides

On voit fleurir depuis 2017 ce récent label sur certains légumes des supermarchés. Ce label résulte d’une démarche privée initiée par le collectif Nouveaux Champs. Le label « zéro résidu de pesticides » ne garantit pas que les fruits et les légumes concernés sont cultivés dans le respect d’un cahier des charges bio mais contrôle l’absence d’un certain nombre de pesticides (jusqu’à 0,01 milligramme ou 10 microgrammes par kilo) dans le produit final.

Caroline Da-Chavigny

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *