Idées pour alléger sa charge mentale

Un terme est apparu pour traduire toutes les choses auxquelles doivent penser les personnes ayant des contraintes personnelles et professionnelles importantes : la charge mentale. C’est à la fois un travail de gestion, de planification et d’organisation.

Et, sans surprise, les femmes sont plus soumises à cette charge mentale car elles gèrent encore la majorité des tâches domestiques et l’emploi du temps des enfants. Selon l’observatoire des inégalités, 80% des femmes réalisent une heure de ménage ou de cuisine par jour contre 36% des hommes. L’Insee indique que les femmes assument encore aujourd’hui 60% des tâches domestiques.

Le confinement a refait émerger ce concept, avec nombre de personnes devant gérer télétravail, devoirs et activités des enfant, repas, ménage, parfois dans des espaces réduits, sans pouvoir relâcher son stress avec les activités sportives ou culturelles que l’on pratique normalement.

Pour ne pas s’épuiser et craquer, mieux vaut agir avant le point de rupture. Comment alléger sa charge mentale ?

 

Faire un point

Si on sent que cela chauffe, il devient urgent de se poser. Ecrire les différentes tâches que l’on doit faire peut-être un début. En voyant écrit les choses, certaines vont sans doute apparaître moins importantes. Gérer ses priorités est un moyen d’alléger son mental. Et il n’est pas question de se retrouver avec une liste trop longue ! On ne peut pas tout faire, il faut l’accepter et se donner deux-trois objectifs par jour, les plus importants. Soyez bienveillants et pas trop exigeants envers vous-mêmes !

 

Déléguer

Certaines actions peuvent-elles être déléguées ? Si c’est le cas, on en parle, on discute et on avance sur le sujet. Quitte à complètement déléguer certains sujets à un proche si cela est possible, on les sort ainsi de son esprit.

Les enfants sont aussi capables de faire un certain nombre de choses pour aider quotidiennement. Cela peut être l’occasion de réorganiser les tâches ménagères dans la famille.

 

Garder un espace à soi

L’espace peut être soit concret – si on a une maison et la place de s’octroyer un lieu – soit psychique. Garder un espace à soi est important pour ne pas avoir l’impression d’être submergée.

Que ce soit quelques minutes de méditation par jour, une demi-heure de lecture ou 15 mn de promenade, c’est un moment de la journée rien qu’à soi. Parfois pour ne rien faire…


Faire des pauses respiration

Si on est nombreux à passer notre journée devant l’écran, il peut être salvateur de faire des pauses « respiration », au moins 3 fois par jour. Inspirées par la cohérence cardiaque, elles se pratiquent n’importe où. Assis, les jambes décroisées, on inspire en comptant jusqu’à 5, puis on expire en comptant jusqu’à 5, avec un rythme régulier. Cet exercice calme le système nerveux – on peut s’aider avec des applications comme RespiRelax.

 

Découvrir les pratiques orientales

Yoga, Qi Gong… Les pratiques orientales qui ont traversé les siècles apportent de nombreux bienfaits à ceux qui les pratiquent.

Un tapis de yoga, un coussin, des chaussettes de yoga, et c’est parti ! De 10 mn à une heure, chacun s’exerce selon son temps disponible. Et pas besoin de faire des postures difficiles, même les plus basiques apportent leurs bénéfices. Les livres ou DVD permettent de s’initier facilement. L’essentiel : être vraiment présent à ce que l’on fait quand on le fait.

Le Qi Qong est une gymnastique traditionnelle chinoise qui fait exercer des mouvements lents visant à faire circuler l’énergie vitale. Etirements et postures réalisées en prenant conscience de ses mouvements entraînent le relâchement musculaire et une détente mentale.

 

Caroline Da-Chavigny

 

 

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *