Le foulard en soie, ou l’élégance équitable

0
7
Vues

Porter un foulard en soie, aux belles couleurs vives ou nuancées, est un gage d’élégance que de nombreuses femmes apprécient. Pourquoi la soie fascine t’elle autant ? Par son mystère lié à la production, par la beauté de son tissu.

Sevellia propose un choix de qualité d’écharpes en soie, fabriquées selon les lois du commerce équitable avec des artisans d’Asie.

Foulard soie éthique et solidaire

La soie éthique et solidaire

Chez Saynoha, la soie est une affaire de relations. En effet, la société est en relation avec plus de 350 artisans laotiens, répartis en 15 groupes de producteurs vivant dans cinq provinces du Laos. Les artisans – souvent des femmes – peuvent ainsi mener une vie digne, en travaillant chez eux, et en organisant leurs heures de travail. Cela leur permet de scolariser leurs enfants et de rester disponible pour la récolte du riz.

Princesse Vagabonde, de la même façon, s’engage pour un commerce éthique et solidaire en nouant des partenariats durables. Elle travaille avec des artisans en Inde du Nord, qui tissent la soie puis l’impriment avec des blockprints (pièces de bois sculptées) traditionnelles. La fondatrice de Princesse Vagabonde aime les tissus de qualité, qui s’inscrivent dans la durée et dans une histoire pleine de liens entre l’artisan et l’utilisateur final. « La beauté de ces créations se voit, se touche, et se sent également lorsqu’on la porte longtemps, au gré de ses voyages » souligne t’elle.

10% de ses bénéfices sont reversées pour des actions humanitaires, notamment des organisations qui soutiennent la scolarisation des enfants.

Une fabrication artisanale de qualité

Au Laos, le tissage des foulards en soie est un savoir-faire ancestral, qui se transmet de générations en générations. La soie Lao, qui fait partie des soies sauvages, se caractérise par une méthode de fabrication exclusivement manuelle et artisanale. « Le Laos est un pays très préservé par rapport à d’autres pays d’Asie » explique Cédric Sousseau, « il n’y a pas de production de masse comme en Chine. Le savoir-faire reste traditionnel ». C’est pourquoi on y trouve encore de la sériciculture (élevage de vers à soie) en petites unités de production.

Le dévidage au fouet, la teinture et le filage sont réalisés manuellement, comme le tissage la plupart du temps. En fonction de la complexité des motifs, le tissage va de quelques centimètres à un mètre par jour. Selon la méthode de dévidage et de moulage, la soie obtenue est plus ou moins brillante, plus ou moins fine et de toucher différent.

La façon de tisser des artisans permet de varier les textures. Les articles de Princesse Vagabonde se déclinent ainsi en satin, crêpe ou mousseline de soie. Lavés plusieurs fois avec leurs teintures naturelles, les foulards en satin de soie présentent un aspect satiné, une texture généreuse et un toucher d’une incroyable douceur.

Une élégance naturelle

« La soie naturelle offre toujours de très beaux reflets lumineux, changeants selon la lumière. Nos écharpes sont également colorées uniquement avec des teintures végétales, ce qui accentue ce côté brillant » souligne Cédric Sousseau.

Capables de rehausser n’importe quelle tenue, les écharpes Saynoha se déclinent en de nombreuses couleurs chatoyantes : rose/bordeaux, jaune, bleu, bicolore… Une multitude de modèles pour femmes comme pour hommes avec d’infinies nuances !

Joliment finis, certains foulards en soie Princesse Vagabonde sont brodés à la main tout autour, et possèdent des pompons cousus par une communauté de femmes en Inde. La marque propose également des carrés de différentes tailles (110, 90 et 70 cm).

Ces foulards et écharpes en soie équitable et solidaire sont des cadeaux à s’offrir et à offrir, dans un esprit de partage, de durabilité et de beauté !

Pour aller plus loin :

COMMENTER L'ARTICLE

Merci de saisir votre commentaire!
Merci de saisir votre nom