Pourquoi les femmes doivent protéger leur cœur

Longtemps reliées aux hommes et à leur mode de vie, les maladies cardio-vasculaires n’épargnent plus les femmes. Elles sont même devenues la première cause de mortalité chez celles-ci, ce qui n’est plus le cas chez les hommes. Elles tuent huit fois plus que le cancer du sein selon la Fédération Française de Cardiologie.

Pourquoi un tel fléau ? En partie parce qu’une partie des femmes – et parfois très jeunes – ont adopté des comportements tel le tabagisme, la sédentarité, une alimentation déséquilibrée, et sont soumises à un stress chronique ou victimes d’obésité.

Lorsque la maladie survient, les femmes ne réagissent pas comme elles le devraient car elles ne sont pas forcément conscientes du danger. Les médecins alertent désormais sur le mode de vie et la reconnaissance des signes d’infarctus et d’AVC.

Comment se protéger ?

 

Le tabac, cause nationale

On a longtemps estimé que les femmes étaient protégées contre les maladies cardio-vasculaires grâce à leurs hormones naturelles, les oestrogènes. Ce qui est vrai. Mais le problème est que le tabac réduit cette protection naturelle. Plus de 60% des infarctus qui touchent les femmes de moins de 60 ans sont attribuables au tabac, met en garde la Fédération Française de Cardiologie.

Une consommation de 3 à 4 cigarettes par jour multiple par 3 le risque d’accident cardio-vasculaire. Et là, les femmes ne sont pas égales aux hommes.

Donc si on veut protéger son cœur, pas de mystère, on arrête le tabac.

 

Bien choisir sa contraception

La contraception à base d’oestrogènes de synthèse (ce qui constitue la plupart des pilules) favorise la coagulation du sang, donc les caillots dans la circulation. Il est donc nécessaire d’étudier les antécédents de la femme et de sa famille avant d’opter pour telle ou telle contraception.

Au moment de la ménopause, les femmes doivent être particulièrement vigilantes, car certaines déclarent un diabète (encore plus si elles ont eu un diabète gestationnel pendant une grossesse), un excès de cholestérol… Faire un bilan est nécessaire.

 

Une assiette équilibrée

Tout le monde le sait désormais, rien de tel qu’une assiette équilibrée pour être en forme. Favoriser les fruits et légumes, les produits sources d’omega 3 (noix, huile de lin, poisson gras…), les produits sources de fibres est gage d’une protection accrue.

A contrario, limiter le sucre, les produits transformés, la mauvaise grasse (fritures, etc.) fait partie des bonnes habitudes à prendre. Et ne pas abuser du sel ! Des alternatives existent pour relever les plats.

La consommation d’alcool a aussi une importance. Le corps médical estime qu’elle doit se limiter à deux unités d’alcool par jour pour une femme (une unité égale 10 cl de vin ou 25 cl de bière).

 

Bouger !

Faire de l’exercice physique est primordial. Le corps n’est pas fait pour rester immobile. L’idéal est d’en faire régulièrement, 30 mn par jour, ou au moins 3 fois par semaine. Et là, tout est bon : marche, vélo, jardinage, etc. Même si cela est plus difficile en hiver, il est important de ne pas rester trop sédentaire.

 

Gérer son stress

Les modes de vie modernes, notamment dans les grandes villes, impliquent souvent une grande part de stress, entre les transports, le travail, la charge mentale des femmes quand elles ont des enfants, l’organisation du temps…

En cas de stress excessif, trouver un moyen de se relaxer (par la sophrologie, la méditation, etc.) et de réduire la pression est primordial. Ensuite, on peut identifier les sources de stress : lesquelles sont modifiables ? Chacun évalue sa situation et l’adapte dans la mesure du possible.

Mais on le sait, un excès de stress sur la durée a des effets délétères…

Prenez soin de vous !

 

Caroline Da-Chavigny

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *