Carton, plastique, aluminium… Quand les contenants alimentaires polluent nos assiettes

5
939
Vues

Pour manger sain, il ne suffit pas de sélectionner des aliments bio et naturels, il faut aussi résister à l’attrait des packagings colorés aux hydrocarbures qui migrent dans les aliments et nous font manger nos cornflakes aromatisés aux huiles minérales ! Après les révélations de l’enquête menée l’association Foodwatch, un petit point sur la toxicité des emballages s’impose.

Emballages et contenants alimentaires : attention à votre santé

En aluminium, en plastique, en carton …

Les denrées que nous consommons sont exposées lors de leur conditionnement à des produits qui ne sont pas toujours neutres. Et qui contaminent par contact les aliments qu’ils contiennent.

Heureusement pour les consommateurs, les associations, en finançant des analyses en laboratoires indépendants, sensibilisent l’opinion publique et forcent industriels et gouvernements à revoir des pratiques industrielles dangereuses et à instaurer des règles pour éviter les risques sanitaires.
En attendant que les réglementations évoluent, à nous de sélectionner ce que l’on met dans son panier de courses !

Emballages en papier et carton recyclé

Selon l’enquête de l’association Foodwatch, il y aurait du MOSH (hydrocarbures saturés) et du MOAH (hydrocarbures aromatisés) dans nos aliments… Les experts estiment à 1 gramme en moyenne la quantité d’huile minérale présente dans notre organisme ! Les huiles minérales peuvent migrer dans les aliments par l’intermédiaire de plusieurs sources tout au long du processus de production. Le carton et les emballages, particulièrement ceux fabriqués à base de cartons recyclés, sont l’une des principales sources de contamination. Il n’existe pas de règlementation spécifique quant aux matériaux en papiers et cartons recyclés entrant en contact avec les denrées alimentaires.

Notre conseil : Choisir des aliments avec sachet intérieur séparé ou barrière intégrée à l’emballage dans le carton qui protège les aliments des substances toxiques.

 

Emballages en aluminium 

En 2000, une étude épidémiologique a montré la neurotoxicité de l’aluminium (la maladie d’Alzheimer et autres maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson). La principale voie d’exposition à l’aluminium pour la population est celle de l’alimentation. Selon l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments, certains consommateurs peuvent en absorber 2,3 milligrammes par kilogramme par semaine, soit plus de deux fois la dose tolérable par l’être humain ! L’aluminium peut s’introduire dans la nourriture à partir de casseroles, des ustensiles de cuisine ou des emballages. Et le risque de contamination est encore plus évident en présence d’acides ou de sels qui augmenteraient la concentration de l’aluminium dans les aliments.

Notre conseil : Bannir les plats conditionnés dans des barquettes d’aluminium, le papier aluminium pour emballer les aliments ou les cuire et les cannettes en alu. Préférer les contenants en verre.

 

Emballages en plastiques

Non seulement le plastique pollue la planète et ses océans, mais il est plus qu’indigeste ! De nombreuses études montrent que des éléments toxiques présents dans les plastiques peuvent migrer dans les aliments. Bisphénol A, phtalates et autres perturbateurs endocriniens. Attention, le plastique revêt différentes formes, chacune d’entre elles ayant des propriétés bien particulières. Les plus nocives au contact des aliments sont :

  • Le PET : utilisé pour les bouteilles d’eau, les barquettes et les sacs plastiques de cuisson. Les bouteilles en PET sont susceptibles de faire migrer des traces de trioxyde d’antimoine. Ce composé est classé comme possiblement cancérigène. C’est notamment pour cette raison qu’il ne faut pas consommer une eau en bouteille qui a été exposée au soleil.
  • Le Polystyrène : employé pour fabriquer des gobelets, des couverts jetables et des emballages de produits laitiers (yaourts, barquettes). Le polystyrène contient du styrène, un cancérogène possible pour l’homme, qui, lorsqu’il est chauffé, est susceptible de migrer dans les aliments.
  • Le Polycarbonate : il peut, lui, larguer des traces de bisphénol A dans les aliments. A noter que dans l’Union Européenne, l’usage de polycarbonate est désormais interdit dans la fabrication des biberons, mais qu’il reste autorisé pour les autres emballages (boites de conserve, récipients alimentaires, vaisselle…). Cette catégorie contient également d’autres plastiques comme le polysulfone et le polyéthersulfone.

 

Notre conseil :

  • Choisir des contenants en verre pour les yaourts, les crèmes, les boissons.
  • Ne réchauffer aucun plastique au micro-ondes, qui favorise la migration des substances toxiques. Plus la température est élevée, plus la migration sera importante.
  • Pour la vaisselle jetable, choisir des produits compostables en bio-plastique.

 

Vous trouverez sur le site Sevellia.com des contenants alimentaires et des gammes culinaires inertes chez ces vendeurs :

 

Pour aller plus loin :

5 COMMENTAIRES

  1. Merci pour votre article.
    Il est vrai qu’il faut choisir avec soin l’emballage de nos aliments, surtout lorsqu’il est nécessaire de les faire réchauffer.
    Le carton recyclé pourrait sembler être une bonne solution car écologique, mais ce n’est malheureusement pas le cas.

Laisser un commentaire