Le café, un plaisir à choisir bio et équitable !

0
90
Vues

Le café fait partie de nos vies. Une tasse le matin, après le déjeuner ou lors d’une pause bien méritée, le café égaye les petits moments de la journée.

Expresso, café allongé, café noisette, arabica ou robusta… Le café a ses habitués ! Il est devenu tellement courant que l’on oublie d’où il vient et le travail qu’il demande.

Plus de 2 milliards de tasses sont bues chaque jour dans le monde ! Pour soutenir les petits producteurs et leurs terres, soyons fair play et surtout fair trade !

Café bio et équitable

Un poids économique considérable

Principalement cultivé dans le Sud où il fait vivre des millions de familles, le café est largement transformé et commercialisé par les pays du Nord.

Au niveau mondial, le café a un poids économique considérable. Il représente la deuxième matière première en valeur après le pétrole et la première matière première agricole en volume !

Mais le changement climatique menace la production de café dans les décennies à venir. Le café biologique et équitable est un choix responsable pour l’environnement comme pour le consommateur.

Le café, une histoire de légende

Originaire d’une province d’Ethiopie, le fruit du caféier suscite nombres d’histoires quant à sa découverte. La légende raconte que vers l’an 850 un jeune berger d’Abyssinie remarque son caractère stimulant en voyant ses chèvres plus vives que d’habitude après avoir consommé ses cerises (fruits du caféier).

La culture du café en elle-même remonte probablement au 11ème ou 12ème siècle. Au XIIIème siècle, le café s’exporte au Yémen. Le monde arabe, qui prohibe l’alcool, en devient friand. L’essor du café se poursuit, au Caire, en Asie Mineuse, en Syrie…

En Europe, le café fait son apparition au début du XVIIème siècle grâce aux marchands vénitiens. L’Angleterre l’apprécie, et ouvre ses premiers cafés à Oxford et à Londres.

En France, il mettra un certain temps à s’implanter en raison de nombreux détracteurs, certains le considérant comme « le breuvage du diable » en raison de sa couleur ! Les commerçants venus de Constantinople l’introduisent à Marseille, d’où il fera sa route jusqu’à Lyon, puis Paris. Le café est alors adopté par la Cour, où il devient une boisson noble, riche de saveur et de distinction sociale. A Versailles, des caféiers sont plantés dans le jardin du Trianon sous le règne de Louis XV.

Ce breuvage va ensuite se démocratiser et connaître le succès que l’on sait.

Les principaux producteurs de café

Premier producteur mondial, le Brésil fournit un tiers de la production mondiale de café, à 85% de l’arabica. Récents producteurs ayant délaissé une partie de leurs cultures vivrières pour se lancer dans l’industrie du café, le Vietnam et l’Indonésie fournissent près de 20% de la production, essentiellement du robusta (deux fois plus concentré en caféine que l’arabica et au goût plus amer).

Se positionnement ensuite la Colombie, réputé pour la finesse de ses arabicas, et l’Ethiopie, source historique des meilleurs arabicas dont le fameux moka éthiopien. La production africaine est globalement en recul.

Le café équitable, une juste dose !

Les acteurs du commerce équitable arrivent à faire vivre dignement des producteurs de café écrasés par l’économie mondiale. Toujours dans le respect des hommes qui travaillent les cultures, ils soutiennent une économie plus juste.

En collaboration avec les coopératives locales, ils arrivent à fournir du café de très grande qualité, souvent cultivé en altitude sur des petites parcelles dans des conditions respectueuses de la terre. Au contraire des grandes plantations industrielles…

Equateur, Ethiopie, Bolivie, Honduras, Guatemala, Mexique… Les pays producteurs de café dans des conditions équitables sont nombreux et apportent chacun leurs différences en terme de saveurs et de profil gustatif. Pour les vrais amateurs de café, le café en grains livrera tous ses arômes d’une façon encore plus exceptionnelle !

Quant au déca, autant le choisir bio car la caféine n’est pas extraite par des solvants mais par des solutions aqueuses et du CO2.

Laisser un commentaire