Le romarin et ses trois huiles essentielles remarquables

Plante au doux parfum du Sud qui agrémente de nombreux plats, le romarin possède aussi de nombreuses vertus. « L’herbe aux couronnes », comme il est surnommé, est une aromatique bien connue des phytothérapeutes et aromathérapeutes.

Le romarin fournit en effet trois essentielles différentes, qui auront une action sur la sphère respiratoire, digestive ou le système articulaire.

 

Une plante aux mille croyances

Le romarin a fait l’objet de multiples mentions historiques, son utilisation remontant des siècles en arrière. Il était employé lors des festivités nuptiales, estudiantines ou même funéraires. Les étudiants de la Grèce Antique s’en faisaient notamment des couronnes pour stimuler leur mémorisation et concentration. Pour les mariés, il était symbole de fertilité et d’amour, alors que place sous l’oreiller, il chassait les cauchemars et mauvais esprits.

 

Huiles essentielles et chémotypes

Le chémotype d’une huile essentielle est comme sa carte d’identité, il permet de classifier les huiles essentielles extraits d’une même espèce de plante selon sa composition et sa teneur en composés actifs. Le romarin en possède trois, les huiles essentielles de romarin à camphre, de romarin à 1,8 cinéole, ou romarin verbénone. Chacune présente des propriétés spécifiques.

Différents facteurs influencent la composition chimique d’une huile essentielle, comme le lieu de pousse, le climat, la composition du sol, l’altitude…

 

Le romarin à camphre

Conseillé en cas de contractures ou douleurs musculaires, de lombalgies ainsi que de problèmes articulaires, le romarin à camphre a la propriété de décontracter et de soulager grâce à son effet chauffant et ses principes actifs. Il se retrouve pour cette raison dans les préparations de massage pour les sportifs.

L’huile essentielle peut être mélangée avec celle de gaulthérie ou celle d’eucalyptus citronné, puis diluée dans une huile végétale.

Exemple de mélange pour soulager les douleurs musculaires :

5 ml d’huile végétale d’amande douce ou de millepertuis
2 gouttes d’HE de romarin à camphre
2 gouttes d’HE d’eucalyptus citronné

Mélanger et masser la zone douloureuse 2 à 3 fois par jour.

 

Le romarin à verbénone

Grâce à ses vertus purifiantes, l’huile essentielle de romarin à verbénone est utilisée dans les soins destinés aux peaux à tendance acnéique. On peut aussi en rajouter une goutte dans son soin de jour.

Son effet mucolytique lui confère une efficacité pour désencombrer les voies respiratoires. Elle est aussi bénéfique pour le foie, qu’elle draine et libère de ses toxines.

Pour une petite détox, mélanger une goutte d’huile essentielle de romarin à verbénone à une goutte d’huile essentielle de citron et avaler avant le dîner (pendant 3 semaines).

 

Le romain à cinéole

Puissant tonique, l’huile essentielle de romarin à cinéole est très utile en cas de fatigue et de surmenage. Egalement antibactérienne et mucolytique, elle est aussi utile en cas de voies respiratoires encombrées.

En cas de bronchite, mélanger une goutte de cette huile essentielle dans 4 gouttes d’huile végétale et masser le thorax trois fois par jour.

 

Caroline Da-Chavigny

 

Nb : les huiles essentielles ne doivent pas être utilisée par les femmes enceintes et allaitantes, ni les jeunes enfants (moins de 7 ans). Les huiles essentielles de romarin ne doivent pas être employés par des personnes souffrant de pathologies hormono-dépendantes.

 

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *