Vive la marinière en coton bio et équitable !

0
17
Vues

Veste rayée au col ras du cou, la marinière fait partie des symboles français.

On se souvient d’Arnaud Montebourg, alors ministre du redressement productif, arborant une marinière en couverture du Parisien magazine en 2012, symbole du Made in France. La marinière a même dépassé nos frontières puisque Obama avait été caricaturé « français » par The Economist avec un béret et une marinière !

Mais elle a du style la marinière et a séduit les plus grands noms de la mode : Coco Chanel, Jean-Paul Gauthier, Karl Lagerfield… et devient même le maillot officiel de l’équipe de France en 2011 !

La société Bleu Mer, basée dans le Morbihan en Bretagne, propose des marinières fabriquées en France avec du coton équitable labélisé BioRe. Une belle façon d’avoir du style !

Initialement, qu’était la marinière ?

La marinière était initialement une blouse sans rayures, avec un large col. En dessous, les matelots portaient un tricot rayé, qui est devenu la marinière telle qu’on la nomme aujourd’hui. A l’époque, c’était donc un sous-vêtement en jersey qui descendait jusqu’en haut des cuisses. Car le caleçon n’existait pas !

Ce vêtement devient officiel en 1858, par un règlement publié au Bulletin officiel de la marine. La description est très précise et indique le nombre exact de rayures ainsi que la distance devant les séparer. Des spéculations ont été faites sur le pourquoi des 21 rayures et sur sa forme…mas ce vêtement signalait plusieurs choses : le « grade » (seuls les matelots la portaient), elle est suffisamment longue pour servir de sous-vêtements et elle permet de repérer clairement les matelots lors des manœuvres et même des éventuelles chutes à la mer.

 

Le coton bio : le choix d’un tissu « responsable »

Le coton a envahi nos garde-robes, et pourtant sa production a un fort impact sur l’environnement et les hommes qui le cultivent. Après le riz et le blé, c’est l’une des cultures qui utilisent le plus de pesticides… Sans oublier l’incroyable quantité d’eau que sa culture demande ! Pour produire 1kg de fibres de coton, on utilise entre 5 000 et 22 000 litres d’eau ! On imagine aisément les ravages de cette culture. Plusieurs associations se sont engagées pour développer et certifier le coton biologique.

Le Label Global Organic Textile Standard est celui qui harmonise les pratiques de certifications des textiles biologiques partout dans le monde : l’IVN allemande (International Association Natural Textile Industry), la Soil Association anglaise, la Organic Trade Association américaine, la Japan Organic Cotton Association, le Control Union hollandais (englobant Skal), Ecocert, l’italien ICEA et le turc ETKO.

Pour fabriquer ses marinières, la marque Bleu Mer utilise un coton bio et équitable, labelisé BioRE (label suisse). Outre le caractère biologique du tissu, et les normes strictes encadrant la production en elle-même, ce label interdit le travail des enfants, fixe des minimas sociaux et encadre les horaires de travail. En outre, l’achat au cultivateur de sa récolte est garanti supérieur de 20% à celui du marché pendant 5 ans. Un pan social tout à fait remarquable quant on sait les conditions de travail des ouvriers du textile…

Laisser un commentaire