Eviter la prise de poids à la ménopause

Les femmes prennent en moyenne de 3 à 5 kg entre la préménopause et la ménopause. En effet, avec l’âge, la capacité de l’organisme à brûler les graisses diminue. Les femmes sont plus impactées en raison de la diminution puis de l’arrêt des hormones féminines à la ménopause.

Mais ce n’est pas une fatalité. Quelles solutions existent pour éviter de prendre de poids à la ménopause ?

 

Réajuster son alimentation

Jusqu’à un certain âge, les écarts sont tolérables. Le poids revient vite à son équilibre. Mais à la ménopause, les choses se compliquent. Toute prise de poids sera plus difficile à éliminer et la baisse des oestrogènes favorise la prise de poids au niveau du ventre.

Les principaux ennemis : le sucre et l’alcool. On évite donc les produits artificiellement sucrés, et pour les encas, on préfère les fruits secs (une poignée d’amandes, de noix, etc.).

L’alcool est à limiter, voire à éliminer, vous pouvez vous permettre un bon verre de vin pour les grandes occasions. L’eau est la meilleure amie de l’organisme, avec de temps en temps, une cure d’Hépar ou de Contrex pour faire le plein de magnésium. Le thé vert est aussi un bon brûle graisse, outre ses nombreuses propriétés antioxydantes.

Autre constat : avec l’âge, les protéines sont moins bien assimilées et on a tendance à perdre de la masse musculaire. On se tourne donc vers des aliments riches en protéines : poulet, poisson, oeufs, tofu, lentilles, quinoa, algues… Et si on apprécie les petits déjeuners anglais, avec un œuf au petit déjeuner, on ne s’en prive pas ! Les protéines sont particulièrement bien assimilées au début de la journée.

Les meilleurs repas sont ceux qui sont riches en légumes, accompagnés de féculents semi-complets ou complets bio. Les graisses animales (beurre, crème…) sont à consommer avec grande modération, et à remplacer par des huiles végétales (olive, noix, pépins de raisins, colza…).

Une autre bonne idée est de supprimer les desserts en fin de repas. Ils apportent beaucoup de calories et ne permettent pas une bonne digestion. Mieux vaut s’accorder une petite douceur vers 16-17h si on en a envie !

 

Stimuler la thyroïde

A la ménopause, la thyroïde peut se montrer paresseuse. Des signes tels que la perte de cheveux, une fatigue anormale, un sommeil perturbé, des sautes d’humeur… sont parfois attribués à la ménopause alors qu’ils proviennent d’une hypothyroïdie – un suivi médical est alors nécessaire.

Mais des solutions naturelles peuvent aussi booster la thyroïde. La consommation de fruits de mer est recommandée car ils sont riches en iode : algues, fruits de mer, mollusques…

Le zinc est aussi essentiel à la synthèse des hormones thyroïdiennes. Les fruits de mer, les viandes (bœuf, foie), certains fromages (maroilles, vacherin…) en contiennent. Une supplémentation en zinc peut être intéressante, surtout en ces temps de covid.

Cap également sur le sélénium, le magnésium, les omega 3, les vitamines du groupe B. Céréales complètes, légumineuses, noix, amandes, levure de bière… Pensez à tous ces aliments ainsi qu’à des compléments alimentaires si besoin (une visite chez un naturopathe peut être très précieuse dans ce cas car elle permettra de faire un bilan personnalisé).

 

 

Entretenir sa forme

Parce que les années n’aident pas à conserver nos muscles, nous devons agir !  Marche rapide, natation, vélo, course à pied… Cap sur l’activité physique, celle qui vous convient selon votre état de santé. On choisit de pratiquer une activité physique qui nous fait plaisir, pour poursuivre dans la durée.

 

 

Caroline Da-Chavigny

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.