Méditer, pourquoi ?

La période de confinement est source d’inquiétude pour nombre de personnes – avec pour certains un impact économique direct et brutal.

Comment va se passer le déconfinement ? Quelles vont devenir les perspectives économiques ? Peut-il y avoir une deuxième vague de contamination ? Quel sera le monde de demain ?

Pour observer ce qui se passe en nous et aller à la rencontre de ce que l’on vit, pourquoi ne pas débuter la méditation ?

Méditer : une autorisation à être

On croit souvent que les personnes méditent avec un objectif bien précis en tête : être moins stressé, plus performant, etc. Mais comme l’explique Fabrice Midal, fondateur de l’Ecole occidentale de méditation, c’est une peu une déformation de notre façon occidentale de voir les choses, justement. Tout doit avoir une rentabilité. Et bien non ! Méditer, c’est le fait de se poser et de voir clair, afin de rentrer en contact avec la réalité telle quelle est. Et si la réalité est de la tristesse ou de la peur, et bien nous rentrerons en contact avec ces émotions sans chasser cette réalité !

Méditer, c’est donc avant tout faire acte de présence, à soi tout d’abord et à ce qui nous entoure. Et nous n’en avons pas l’habitude ; car nos modes de vie impliquent souvent des journées (trop) bien remplies, dans lesquelles nous n’avons pas le temps d’être et dans lesquelles la concentration sur un écran nous coupe souvent de notre corps.

Méditer, c’est en fait une autorisation à être, tout simplement ! A être tel que l’on est, jour après jour.

D’autres techniques ouvertement destinées à relaxer comme la sophrologie, le yoga anti-stress, sont à envisager pour ceux qui préfèrent être guidés.

Je débute

Pas de formule ni de potion magique ! La médiation commence par s’asseoir – pas forcément en tailleur si cela provoque des douleurs, mais l’important est d’avoir le torse vertical.

Puis on ferme les yeux, ou pas. Puis on sent, avec tous ses sens, tout en acceptant les pensées qui sont présentes : c’est humain, c’est normal. On reste présent à soi-même, à sa respiration sans entrer dans un exercice intellectuel.

Méditer, ce n’est pas faire le vide comme beaucoup de personnes le pensent ni entrer dans une bulle ! C’est un geste d’ouverture et d’accueil, de pleine présence, sans jugement ni évaluation.

Quels en sont les bénéfices ?

Le premier bénéfice est cette autorisation à être, tout simplement. A réunifier le corps et l’esprit.

En outre, les études scientifiques ont montré que la médiation – lorsqu’elle est pratiquée régulièrement – agissait sur le cerveau, le cortex cingulaire notamment. Ce dernier est impliqué dans un certain nombre de fonctions cognitives, comme l’empathie, les émotions, la prise de décision. Les méditants arrivent aussi à renforcer leur rapport à la douleur et adaptent leur réponse émotionnelle aux évènements.

 

Pour en savoir plus : fabricemidal.com

Da-Chavigny

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *